La plateforme qui valait 100 milliards

Airbnb a réussi une entrée en bourse fracassante en doublant sa valorisation initiale. Au-delà des chiffres, que faut-il retenir du succès obtenu ? Quelles sont les perspectives ? Newsletter #133

15marches est une agence de conseil en innovation. Explorez nos missions et références ici : 15marches.

Si vous découvrez cette lettre aujourd'hui. Abonnez-vous pour ne pas manquer les prochaines. 

Vous pouvez aussi cliquer sur le ❤️ pour aider d’autres personnes à la découvrir.

💌 Vous et moi

Cette semaine j’ai participé à un webinaire organisé par l’agence d’innovation touristique du Nord sur le thème : Données, randonnée et tourisme. J’ai été bluffé par la qualité du programme, des contenus et de la réalisation ! De quoi finir l’année très optimiste sur le futur des évènements en ligne. Jetez un oeil au programme et aux interventions.

Le programme de l’évènement.

Les replays sur YouTube et Twitch (avec les commentaires des internautes).

🎯 Cette semaine

Comme disait ma grand mère : “c’est pas la crise pour tout le monde !”. En effet, si l’économie connaît une récession sans précédent, les bourses mondiales sont en pleine forme cette fin d’année. Plus précisément, les valeurs technologiques flambent, portées par un confinement qui ne fait qu’accélérer l’adoption de leurs services par le plus grand nombre. Cette hausse est le moment idéal pour introduire en bourse des startups ayant atteint une certaine maturité. Le moment aussi pour les investisseurs spécialisés qui ont porté ces entreprises de réaliser des plus-value colossales. Cette année plus de 100 startups ont profité du marché boursier sous des formes diverses. De quoi détromper tous ceux qui ne juraient que par “l’éclatement imminent de la bulle internet”. Quoi qu’on en pense, la stratégie d’hypercroissance de ces entreprises a réussi.

Elle a réussi même pour Airbnb, pourtant directement touchée par la crise sanitaire et les restrictions de déplacement. L’entrée en bourse, plusieurs fois reportée, est un succès au-delà de toutes espérances. Introduit à 68$, le cours de l’action est monté jusqu’à 144$ démontrant l’appétit des investisseurs pour la plateforme d’hébergement. Cette cote astronomique valorise l’entreprise à 100 milliards de $ soit plus de 20 fois le chiffre d’affaires annuel ! La valorisation dépasse même celle du grand rival Booking.com. Combien auraient parié sur ce scénario il y a encore quelques mois ?

Airbnb est en effet passé par des moments dramatiques avec notamment le licenciement au mois de mai de 20% de l’effectif (1900 salariés), en particulier dans les nouvelles activités comme les hôtels et les réservations de vols.

Il faut bien entendu prendre garde au biais des survivants mais plusieurs enseignements sont à tirer du succès d’Airbnb :

  • le modèle de plateforme est plus résilient que celui d’hôtelier : pas d’actifs possédés, pas de personnel “opérationnel”, ce sont les hosts (personnes louant leur logement) qui supportent l’essentiel de la baisse de revenus

  • le business d’Airbnb est contre-cyclique : à ses débuts Airbnb avait profité de la crise post-2008 durant laquelle les early adopters étaient forcés de louer leur logement pour pouvoir régler leur loyer; la crise économique à venir devrait paradoxalement profiter à la plateforme pour les mêmes raisons

  • la marque Airbnb est puissante et sa position solide : 32% seulement des hébergements qu’elle liste seraient également présents sur des sites concurrents, contre 70% pour les offres d’hébergement sur Booking.com (source : Skift voir plus bas)

  • la plateforme a montré une forte capacité à rebondir : proposant du tourisme des proximité, développant des offres de “moyenne durée” pour des personnes vivant et travaillant dans des lieux différents,…ouvrant des perspectives intéressantes en cas de mutation du tourisme de masse vers des expériences plus locales et du travail en entreprise vers des modèles hybrides

  • son portefeuille de services additionnels comme les “expériences” et les concerts permet de varier les sources de revenus pour les hosts; Airbnb se positionne sur le marché de l’économie de la passion en plein développement (cf. notre brève sur OnlyFans plus bas); il crée également un fossé qui retient les “guests” (nom donné aux clients qui réservent un hébergement) dans l’univers de la plateforme.

Concerts by Airbnb. Photographie : David Eliott pour Airbnb

  • du côté de la demande, la clientèle de guests est très fidèle. 69% des réservations proviennent d’un client qui a déjà loué un logement sur Airbnb; le coût d’acquisition client de la plateforme est nettement inférieur à celui de ses concurrents

  • Airbnb a clairement pris le parti de ses guests au début de la pandémie en pratiquant une politique de remboursement très favorable; cette tactique augmente la confiance et la loyauté des clients dans la marque (coucou SNCF)

  • les 3 fondateurs sont toujours présents aux commandes de l’entreprise; c’est quasiment la seule startup de cette taille dans cette situation; le marché financier fait également confiance au leadership d’Airbnb. Cf. notamment ci-dessous la manière dont ils s’adressent au personnel dans les moments difficiles (coucou Danone).

« Je les prends parce qu’ils ne mourront pas » avait dit Paul Graham à des proches il y a 11 ans quand il leur a ouvert la porte de son programme d’accélération Y Combinator.

On peut dire qu’il ne s’est pas trompé !


Pour aller plus loin…

L’excellent article de Skift Can Airbnb Sustain a $100 Billion Valuation?

Plusieurs articles récents de The Information analysent le potentiel d’Airbnb ($).

La lettre du CEO annonçant les licenciements au personnel. A Message from Co-Founder and CEO Brian Chesky

L’outil créé par la firme permettant aux employés licenciés d’exposer leur profil pour retrouver plus vite un travail Découvrez quelques-uns des talents qui ont travaillé chez Airbnb.

Sur les tous débuts d’Airbnb, notre article : Comment rater une startup à 30 milliards (rappel : penser à changer le titre).

Sur le potentiel de la plateforme pour une ville plus frugale. Les deux visages d’Airbnb

Sur la stratégie poursuivie par la startup et ses investisseurs : Hypercroissance tu perds ton sang froid.

[Remarque : il est fort probable que la valorisation boursière d’Airbnb varie d’ici à la publication de cette lettre, mais je ne pouvais pas rater l’occasion d’adresser un clin d’oeil appuyé aux fans de Steve Austin 🏃🏻‍♂️).

🧐 Et aussi

Qui dit Airbnb, Uber ou Doordash dit aussi gig economy, cette “économie de la pige”, du petit job accessoire, du “payé à la tâche”. Pour Uber par exemple, l’année a été une incroyable montagne russe, entre service VTC en berne, service de livraison en croissance et une bataille juridique finalement remportée contre l’État de Californie. Axios nous livre un bon résumé des conflits qui émaillent les relations entre travailleurs et plateformes depuis une décennie. Et si l’après-COVID offrait enfin aux travailleurs une protection sociale adéquate ? Deep dive on the gig economy

Le concept de la semaine : le “Barbell Effect” ou “effet haltères”. Quand, sur un marché donné, les deux extrémités - compagnies low cost et premium par exemple - rencontrent le succès tandis que celles situées au milieu sont écrasées et disparaissent. Les investisseurs préfèrent investir dans ces deux extrêmes plutôt que sur les entreprises du milieu de gamme.

Un bel exemple : OnlyFans a déjà 85 millions d’utilisateurs payants, et vous n’en avez sans doute jamais entendu parlé. Cette plateforme qui met en relation fans et “créateurs” annonce l’ère des médias sociaux privés, sur mesure et payants. Elle s’inscrit dans la droite ligne de la passion economy bien analysée par Marie Dollé.

OnlyFans Is a Billion-Dollar Media Giant Hiding in Plain Sight

Pour celles et ceux qui suivent mes formations sur le marketing de l’innovation, vous noterez que la plage de débarquement d’OF est pour le moins originale..

🤩 On a aimé

Le Canada va faire passer progressivement sa taxe sur le carburant de 30$ à 170$/tonne jusqu’en 2030 dans l’objectif déclaré de faire baisser les émissions de CO2. Les sommes collectées seront “rendues” aux ménages : il ne s’agit pas d’une nouvelle taxe mais d’une nouvelle assiette de la fiscalité basée sur l’usage des modes les plus impactants. Ottawa to hike federal carbon tax to $170 a tonne by 2030 

Plus près de nous en Belgique la fiscalité évolue aussi pour taxer l’usage et non la seule possession des automobiles et engins à moteur. Concrètement l’utilisateur devra payer entre 0 et 2 euros par jour plus un montant par kilomètre, selon la puissance de son véhicule. Cela revient au même que le projet canadien, et c’est un véritable changement. La taxation kilométrique intelligente bruxelloise en sept questions

Enfin pour terminer sur la plus grande nouvelle de cette fin d’année, deux articles racontant la folle aventure entrepreneuriale de la création de vaccins dans des temps records. Comme dans tous les bons scénarios, il y a une course contre la montre, deux candidats avec des parcours individuels exceptionnels, un peu de chance et beaucoup de travail. Covid-19 : la saga du vaccin à ARN messager désormais dans le sprint final et How Pfizer Delivered a Covid Vaccine in Record Time

De quoi alimenter vos conversations durant les fêtes !

C’est fini pour cette semaine. Avant de partir, n'hésitez pas à partager cette lettre si vous l'appréciez, ou laissez un petit ❤️ pour la route. Merci !

À la semaine prochaine.

Stéphane