Librairix, Numerix et les Amazoniens

Quand les Gaulois se convertissent au e-commerce. Newsletter #128

15marches est une agence de conseil en innovation. Explorez nos missions et références ici : 15marches.

Si vous découvrez cette lettre aujourd'hui. Abonnez-vous pour ne pas manquer les prochaines. 

Vous pouvez aussi cliquer sur le 💙 pour aider d’autres personnes à la découvrir.

💌 Vous et moi

Vous êtes très nombreux à vous être abonné depuis la dernière édition. Soyez les bienvenus !

Cette semaine j’ai choisi de traiter avec légèreté un sujet important : le rapport des Français avec les plateformes de vente en ligne. Plutôt que d’écrire un énième article sur le sujet (je vous en ai mis une sélection plus bas), j’ai préféré improviser une petite histoire typiquement gauloise. Car après tout, mieux vaut en rire 😂

🎯 Cette semaine

Nous sommes en l’an 20 après le bug de l’an 2000. Toute la Gaule est occupée par les Amazoniens…Toute ? Non ! Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur.

Mais un autre adversaire perturbe la paisible existence de nos villageois. Le sorcier Coronavirus leur a jeté un sort : soit ils cessent de faire leur marché et d’organiser des banquets, soit le doyen Agecanonix mourra dans d’atroces souffrances. L’ambiance est morose devant le long hiver qui s’annonce. Quand tout à coup, une querelle vient ranimer le village…

Essayons de résumer la situation : à cause du maudit sorcier, Librairix doit fermer son étal. Il ne pourra pas écouler son stock de tablettes gravées pour la saison des Druides. Le Chef Jeancastix est inflexible : “non tu n’ouvriras pas”. Même Numerix l’ami de Librairix, qui ne craint pas le virus car il l’a attrapé quand il était petit, n’a pas pu lui faire changer d’avis. Les deux compères en sont réduits à traîner comme des âmes en peine avec leur petit chien Oneclix. Heureusement, ils ont quand même obtenu le droit de chasser le sanglier…

Petiteboutix le voisin de Librairix est moins débonnaire. Il ne comprend pas pourquoi Hypermarchix le vendeur de poissons installé à l’entrée du village peut rester ouvert. Déjà qu’en début d’année le barde Écologix lui a supprimé ses places de char pour les remplacer par des jardinières de légumes. Cette fois c’est trop ! Hypermarchix doit fermer au moins son rayon de poissons séchés par soucis d’équité (un nouveau concept venu tout droit de Lutèce).

Jeancastix consulte le Druide Parkingratuix. Celui-ci est aussi embêté que son chef. Les querelles entre Petiteboutix et Hypermarchix, il connaît bien. Elles font partie du folklore local. Mais là c’est la tuile : il n’y aura pas de potion magique à Noël pour les rabibocher ! Pas de musique ringarde dans les rues, pas de pubs dans les boîtes à lettre ni de distribution de cervoise chaude sur la place du village. Même pas possible d’attacher le barde Netflix à l’arbre comme on le faisait chaque année. On a besoin de lui pour meubler les interminables journées.

Toute ressemblance avec des personnages de BD existants est purement intentionnelle

Heureusement, les Gaulois se rassemblent contre leur ennemi commun : les Amazoniens. Et pourquoi on les attache pas, hein, ceux-là ? Les Amazoniens restent pourtant à distance respectable du village. Depuis les camps retranchés de Freemium, Primaximum et Voiturautonum, ils se contentent d’expédier les cartons de victuailles, de soies et de verreries que les villageois leur ont commandé discrètement.

Numerix pense avoir la solution : il suffit de taper très fort sur la tête des Amazoniens pour régler tous les problèmes et on pourra aller manger des sangliers ! Mais Parkingratuix secoue la tête tristement : le druide sait que ça ne marchera pas ce coup-ci. Les Gaulois auraient pu virer les Amazoniens depuis longtemps. Acheter des granges, des chars et des chevaux pour livrer eux-mêmes. Se mettre d’accord avec les autres villages pour s’échanger les stocks et les chariots. Mais ils n’ont rien fait, persuadés que la potion magique réglerait tous les problèmes, comme d’habitude.

L’Empereur Jeffbezos, dans son palais situé loin là-bas à l’embouchure du fleuve Duhamish (aussi appelée : Seattle) ne se préoccupe même plus de la prétendue résistance du village gaulois. Il sait lui aussi que, tôt ou tard, les Gaulois rejoindront son empire de carton.

Veni, Vidi, Deliveri.

🧐 Et aussi

Essayons de démêler le sujet pour aller au-delà du bruit médiatique et politique très intense.

Un peu de chiffres.

Un peu de sagesse par le druide du e-commerce Fred Cavazza. Mythes et réalités du commerce en ligne en 2020

Un peu de technique « Click and collect » : ce qui coince et ce qui marche

Un peu de technique (bis) Confinement : la ruée sur les codes-barres

Et enfin, un peu de bon sens pour remettre la librairie au milieu du village (de St-Germain-des-Près). La fermeture des librairies est-elle un problème de bourges?

🤩 On a aimé

Avec le retour du confinement, il n’est pas inutile de retourner voir le Google Mobility Data Index : l’impact du COVID sur la mobilité par motif de déplacement et par région. Pour la Bretagne par exemple si les achats & loisirs ont bien baissé de 50%, les déplacements liés au travail n’ont baissé “que” de 25% et ceux liés à l’alimentation de 12%. Comme quoi tous les secteurs ne sont pas égaux devant le confinement. Petiteboutix a peut-être raison de se fâcher…Rapport sur la mobilité de la communauté - COVID 19

Pour comparer ces données entre le premier et le deuxième confinement, une analyse à dérouler : Johanes Borgen

Quoi de neuf dans le streaming ? Des programmes inédits et en direct ! Si on était taquin on dirait que Netflix est au bord d’inventer…la télévision. Et en plus, ils choisissent le pays de Michel Drucker pour le tester. Netflix Picks France to Test First Linear Offering

Je n’ai pas d’actions chez Leroy-Merlin mais ils n’arrêtent pas de me surprendre par la qualité des contenus qu’ils mettent en ligne (vous vous souvenez, les premiers blogs-tutos de clients-bricoleurs ? C’était déjà eux). Franchement c’est du haut niveau. Dossier Habiter et mobilité

Et pour finir, une interview de la talentueuse Noémie Aubron dont je vous ai déjà recommandé l’excellente newsletter La Mutante. Pour sonder le futur, faites confiance à votre intuition ! Explorer le futur des mobilités grâce au design fiction

C’est fini pour cette semaine. Avant de partir, n'hésitez pas à partager cette lettre si vous l'appréciez, ou laissez un petit 💙 pour la route. Merci !

À la semaine prochaine.

Stéphane